Voyez-là le tyran

macbeth.jpg

D’après La Tragédie de Macbeth de William Shakespeare

Les spectateurs sur le plateau, les acteurs au milieu des fauteuils : dans cette configuration, dans ce retournement, dans cette turbulence, jouer Macbeth. Dans cette économie totale de moyen, re-convoquer les fondamentaux du théâtre : le jeu, le corps, et la langue, aller à l’essentiel.
La simplicité n’est ici qu’apparente.
Dans la circulation des comédiens parmi les fauteuils, toutes sortes d’images se créent, toutes sortes de fantômes se réveillent : les archétypes hollywoodiens, le Parrain, Al Pacino, toutes les grandes figures de la tyrannie, fictives ou réelles.
La salle devient alors l’objet du spectacle, elle se poétise à mesure que la pièce avance pour se remplir d’apparitions par le seul pouvoir du jeu et des mots.
Pas de décors, une table au milieu des gradins pour la table du metteur en scène, et les fauteuils qui se peuplent et se dépeuplent de tout ce de quoi le texte et le jeu les chargent. Voyez le tyran, comme une méditation à la fois joyeuse et profonde sur le pouvoir et l’art du théâtre. Un temps pour faire face à ses propres fantômes, jouer à se donner la chair de poule, renverser le monde le temps d’une soirée, rire et s’émouvoir du corps tremblant des acteurs, du fracas et des silences, et passer ensemble à travers le réel des jours.

distribution

Mise en scène

Thierry Bordereau

Jeu

Réjane Bajard,
Pierre-Jean-Etienne 
Fabien Grenon
Thierry Vennesson

Production

Plateforme Locus Solus,
Théâtre de Givors, scène conventionnée, scène Rhône-Alpes.